Prologue

Toujours dans le trouble

Publié chez Les Éditions La Plume D'or

Illustration par Valessa Leblanc

Du plus loin que je me souvienne, je me suis toujours retrouvée là où il y avait du trouble.  C’est un don. Quelque chose qui a toujours été là. Je n’ai pourtant jamais couru après et je n’ai jamais fait exprès. Les embrouilles arrivent toujours quand je suis là, ou bien je suis toujours là quand il y a des embrouilles. C’est comme ça, et c’est tout. Petite, je pensais que c’était comme ça pour tout le monde… les objets cassés, les contagions d’herbe à poux, le chien avec la queue brûlée. C’est à l’adolescence que j’ai réalisé que j’étais différente des autres. Je sortais par la fenêtre après le couvre-feu. Je prétendais coucher chez des amies pour aller faire la fête. Je rentrais silencieusement par la porte d’en arrière au lever du soleil… les mêmes bêtises que les autres adolescentes, mais avec cette attirance innée à aller là où la tempête allait éclater. Party qui dégénère, feu qui devient hors de contrôle, course folle pour échapper aux forces de l’ordre… je trouvais ça tellement amusant. C’était excitant, grisant, électrisant. C’était le fun, jusqu’au jour où quelqu’un s’est fait mal. Si au moins c’était arrivé à moi. Ç’aurait été beaucoup plus facile.

Je m’appelle Vicky Durocher et j’utilise aujourd’hui mon don pour payer mon loyer: je suis devenue détective privée. J’ai ouvert mon bureau d’investigation dans le quartier Saint-Roch, à Québec.  Et encore aujourd’hui, je suis «dans le trouble».

Comme en ce moment, par exemple. Moi qui ne suis pas une adepte de course à pied en raison de mes problèmes de coordination, je suis en train de courir avec des talons aiguilles dans un couloir mal éclairé. Je tourne un coin en faisant de petits pas rapides pour éviter de me fouler une cheville, et je jette un rapide coup d’œil derrière moi. Il est toujours là et se rapproche dangereusement: un grand gaillard noir, dans un costume noir, avec le regard noir. Il est gros, mais rapide. Et il n’est pas content. 

Je pousse à deux mains la première porte que je croise. De l’autre côté, des hommes à chemises blanches avec des filets sur la tête sont penchés sur des tables en acier inoxydable. Tous lèvent les yeux dans ma direction. Leurs couteaux s’immobilisent, les ustensiles se suspendent dans les airs. Je leur fais un petit sourire gêné, m’élance à travers la pièce et zigzague entre les tables de travail. La surprise passée, les hommes se mettent à siffler. L’un d’entre eux va même jusqu’à me faire une proposition indécente. 

Il faut dire que je me suis dépassée, ce soir. Eyeliner noir «œil-de-chat» et extra couches de mascara, combinés à mes cheveux hyper volumineux. J’ai enfilé un skinny jean noir moulant, un t-shirt deux tailles trop petites, avec un baby écrit en lettres brillantes dessus, et j’ai chaussé ma paire de talons les plus aiguilles.  

Sans m’arrêter, je leur envoie la main et pousse une porte battante, à l’autre bout de la pièce. J’aboutis finalement en terrain connu, dans le bar. En me dandinant le plus rapidement possible, je traverse la salle et jette un coup d’œil sur la scène. Il y a plusieurs filles qui s’y déhanchent, dont la pétillante Vanessa que j’ai rencontrée quelques heures plus tôt.

L’établissement était alors sombre et plein à craquer. Sans surprise, la majorité des clients étaient des hommes. J’avais réussi à trouver un tabouret libre au bar. Quand une serveuse blonde platine et plantureuse me servit un rhum and coke, j’eus de la difficulté à la regarder dans les yeux tellement son décolleté était plongeant. 

—Est-ce que Sandy Love va danser ce soir? lui demandai-je.

—Ouais, me répondit-elle avant d’aller servir des clients plus masculins. 

—Tu vas voir, Sandy Love, elle est HOT, HOT, HOT, me dit la fille assise à côté de moi, en claquant des doigts.  Elle utilise même des feux d’artifice!

—Ah oui? m’étonnai-je en me rapprochant.

—C’est vraiment HOT! Tu vas voir.

La fille était jolie, avec de grands yeux pétillants et un large sourire. Elle portait un mini chandail en léopard et une jupe tout aussi mini, en cuirette noire. Mes talons hauts avaient l’air ridicules à côté des siens. 

—J’ai hâte de voir ça! répliquai-je. J’ai entendu dire qu’elle sortait avec le guitariste de M pour Métal.

—Tu veux dire le chanteur! Wow! Les mecs de M pour Métal!  Ils sont trop sexy! s’émerveilla la fille en papillonnant des cils. Elle est tellement hot, Sandy, qu’elle s’est fait recruter par des agents de Las Vegas.  Elle va devenir ShowGirl! ajouta-t-elle en criant le dernier mot.

—Noooooon! C’est vrai?

En guise de réponse, elle acquiesça en souriant.

—Moi, ça fait environ deux mois que je travaille ici. Mais j’ai pas le talent de Sandy Love. Pas encore! poursuivit-elle en me faisant un clin d’œil.

—Moi, c’est Vicky, me présentai-je.

—Moi, c’est Vanessa. Mais tout le monde m’appelle Van. 

Quelques heures plus tard, en marche rapide vers la sortie, j’étais en train de me dire que pour une débutante, Vanessa se débrouillait bien sur scène, lorsque j’entrai en collision avec quelque chose de dur. Si des bras solides ne m’avaient agrippée à ce moment-là, je me serais étendue de tout mon long sur le sol collant et poisseux du bar de danseuses. 

Ce que j’avais heurté de plein fouet s’avéra être humain. Le corps était dur comme du béton et n’avait même pas bronché lorsque je lui ai rentré dedans. Le nez dans les pectoraux du gars, je levai les yeux. Mâchoire carrée, barbe de deux jours, bouche entrouverte... mon regard se scotcha à des yeux verts et exotiques, avec un soupçon de rebelle. Le genre de regard qui vous met dans le trouble sur-le-champ quand vous êtes une jeune fille de bonne famille. L’homme avait une peau couleur caramel. Ses cheveux noirs frisés me chatouillaient le bout du nez. Lorsque je me rendis compte qu’il me tenait toujours dans ses bras, je sentis la chaleur me monter au visage.

C’est le moment que choisit un gars ivre pour nous rentrer dedans, interrompant ce moment intime. Du coup, j’atterris sur une table. Des bouteilles de bière s’entrechoquèrent et des grognements d’indignation masculine se firent entendre, suivis par une série de jurons. Je redressai quelques bières en m’excusant puis, façonnant mon plus beau sourire, je me retournai vers le beau gars. Mais hélas, il n’y avait plus personne. 

Je balayai la pièce des yeux et reconnus un visage familier, mais pas nécessairement celui que je cherchais. Mon poursuivant, qui se trouvait à être le portier du bar, était au bout de la salle et venait de me repérer. Il bondit dans ma direction. Aussi rapidement que me le permettaient mes talons aiguilles, je fonçai vers la sortie.

Une fois à l’extérieur, je trébuchai dans mes souliers et fis un vol plané. Je glissai sur l’asphalte et disparus derrière un 4 X 4 au moment où le portier sortait de l’établissement. Je me tapis sur le sol et retins mon souffle. Haletant, le gros homme noir stoppa sur le pas de la porte, devant la file qui attendait pour entrer. Il marcha rapidement le long de celle-ci, en scrutant les visages.  Puis, sur le qui-vive, il se tourna vers les voitures garées pour scanner le stationnement des yeux. Après quelques instants qui m’apparurent interminables, il retourna à la porte, discuta brièvement avec les autres portiers et s’engouffra dans le bar en jetant un dernier coup d’œil derrière lui.

Je comptai jusqu’à dix, enlevai mes talons hauts et sortis de ma cachette. Aussitôt, je m’engouffrai dans le boisé qui bordait le bar de danseuses le Moulin Rouge et me dirigeai vers l’arrière du bâtiment, là où se trouvaient les bennes à ordures et une sortie de secours que j’avais repérée plus tôt.  La porte à l’arrière du bâtiment était tenue ouverte. J’aperçus une Mercedes noire aux vitres teintées garée non loin de là. Son moteur ronronnait. Je m’accroupis et attendis. Je n’eus pas à patienter très longtemps. À peine quelques instants plus tard, Sandy Love apparut, escortée par deux hommes. 

De son véritable nom Sandrine Plamondon, elle avait tout d’une apparition. Grande, mince, avec des jambes interminables et des courbes là où il en faut, elle était une véritable Amazone. Le pas fauve avec un corps qui respire la sensualité. Son veston ajusté, qui laissait deviner la courbe de ses seins, cachait à peine l’énorme serpent tatoué qui débutait au creux de ses reins pour se lover sur son épaule.  Elle en avait un plus petit sur la fesse, que je soupçonnais être le logo du groupe de musique M pour Métal. Je l’avais vu, plus tôt, lors de son spectacle, durant lequel il y eut effectivement plusieurs feux d’artifice. Trouver Sandy Love. C’était la raison qui ce soir-là, expliquait ma présence dans ce bar.

Ce qui m’avait tout de suite dérangée, chez cette fille, c’était son regard. Des yeux qui se voulaient à la fois ensorceleurs et très durs. Plein de noirceur. Je l’avais déjà vu, autrefois, ce regard.  Et de le rencontrer à nouveau chez Sandy Love, cela m’avait donné des frissons.   

Les hommes qui l’escortaient étaient rasés de près, avec les cheveux savamment coiffés vers l’arrière. Leurs vêtements dispendieux et leurs regards sur le qui-vive me donnaient l’impression qu’ils étaient des gardes du corps.  Pourquoi Sandy Love avait-elle besoin de gardes du corps?

Je me posais la question lorsqu’un autre homme sortit à la hâte par la porte de secours. Il interpella Sandy Love qui aussitôt, fit volte-face. L’homme se lança à sa poursuite et la saisit par les poignets avant de la tirer vers lui et de planter son visage à deux pouces du sien. Dans la cinquantaine, il était très bronzé, ce qui contrastait avec ses cheveux blond platine. La mâchoire serrée, il parlait à voix basse en regardant Sandy Love droit dans les yeux.    

Étrangement, les deux gardes du corps ne s’interposèrent pas. Je vis cependant leurs muscles se crisper. Une main à la hanche, leur veston retroussé, je pus distinguer qu’ils étaient armés et prêts à intervenir. Étant donné que Sandy Love me faisait dos, je ne pouvais voir son visage. 

D’abord immobile, elle se mit à gigoter pour se défaire de l’emprise de l’homme. Ce geste de contrôle, je l’avais rencontré à plusieurs reprises dans le passé. À l’époque, je n’avais rien fait et depuis, je m’en suis toujours voulu. Ma mâchoire se crispa et mes poings se refermèrent automatiquement lorsque je vis Sandy Love commencer à se débattre en lâchant des jurons. 

Ayant réussi à libérer un de ses poignets, elle frappa son assaillant à la figure. Celui-ci la lâcha complètement et se plia en deux, la main sur la mâchoire. En se relevant lentement, il passa la main dans ses cheveux pour replacer des mèches rebelles qui lui tombaient dans le visage. Puis il étira les deux bras et boutonna son veston, sans lâcher Sandy Love des yeux. Son regard la mettait au défi. Pendant ce temps, les deux gardes du corps étaient tendus, prêts à bondir. Sans un mot, l’homme tourna les talons. Les poings fermés, les jambes écartées, Sandy Love le regarda s’en aller. Lorsqu’il disparut dans le bar, les gardes du corps se détendirent, pendant que Sandy Love se tournait brusquement vers eux pour leur faire signe de la suivre. Après quoi, elle prit place à l’arrière de la Mercedes. 

Instinctivement, je fis un geste vers mon sac à main en léopard pour saisir mon cellulaire. Ce faisant, mes mains se heurtèrent à de l’herbe et de la terre. Je regardai en direction de mes pieds et réalisai que je n’avais plus de sac. J’avais dû le perdre en courant. La Mercedes quitta tranquillement le stationnement du Moulin Rouge, suivie d’une autre voiture où étaient assis les deux gardes du corps.

Lorsque les voitures furent hors de vue, je me levai. Souliers aux mains, je fis le tour de l’immeuble par l’arrière. Je me rendis un peu plus loin, sortis des arbres qui me servaient de cachette et me dirigeai vers ma voiture. Une fois devant celle-ci, je tapai du pied, les poings sur les hanches. Mes clés se trouvaient dans mon sac à main en léopard! Mon sac préféré! Celui que je venais de perdre, je ne sais où. J’imaginai le portier noir qui le fouillait et trouvait mes cartes d’identité renfermant mon nom et mon adresse. Les dents serrées, après avoir donné une série de coups de pied dans la roue de mon véhicule, je hélai un taxi. 

Continuez votre lecture sur

Ou visitez notre boutique en ligne!

supportfooterlogo.png

© 2018 Christine Brochu. Créé avec Wix.com

  • Black Instagram Icon
  • Noir LinkedIn Icône